Votre navigateur ne supporte pas le JavaScript!
Accéder,
partager,
vivre ensemble

Les sortilèges du Tremblay

Roman et Nouvelle
Référence : 
2 375

Éditeur : 
France-Loisirs
Date de parution : 
01 janvier 2012

Extrait

En Irlande NOUS SOMMES PERDUS... Dairine releva la tête de son ouvrage avec un mouvement agacé. La remarque de son père, loin de l'abattre, la remplissait d'un sentiment d'injustice et d'orgueil. Certes, la situation était grave. Mais ici, en Irlande, dans ce pays conquis et humilié par les Anglais, rien n'avait jamais été facile. Si elle ne réagissait pas avec la même peur et le même désespoir que Braden O'Shea en sachant que le mildiou, il n'y avait plus aucun doute, se propageait à une vitesse effrayante sur les cultures. C'est que, sous le halo pâle de la chandelle, ses doigts en or restituaient à la dentelle sa splendeur d'antan. L'adolescente était en train de restaurer un col en dentelle orné de motifs floraux en fil de lin écru qui parerait le cou d'une des filles du château. Assurément, celle à qui était destinée cette oeuvre d'art ne souffrirait pas de la faim comme la plupart des gens du village. Mais qu'on commandât ce travail d'orfèvre à Dairine ôtait en partie à la jeune fille de quinze ans le poids de la tragédie qui semblait peser sur les siens depuis des mois. Toute la journée, Dairine avait façonné son ouvrage au crochet, dehors malgré la fraîcheur de ce début d'avril, afin de s'assurer la lumière qui faisait défaut à l'intérieur de la masure des O'Shea. Elle le poursuivrait à la lueur tremblotante de la bougie jusqu'à sentir l'épuisement la gagner. Si Dairine prisait l'irish crochet lace, étudié à l'école de Cork fondée par Melinda Carter, elle ne savait pas encore, quand elle en apprenait les rudiments, que cela aiderait sa famille. Tandis que son père se lamentait et que sa mère, Aghna, préparait une soupe maigre, faute d'argent pour acheter des aliments plus consistants, Dairine se concentrait sur ses gestes, au sein de l'unique pièce au sol en terre battue, le plus souvent boueux en raison du climat pluvieux et de l'absence d'écoulement des eaux, dans laquelle elle vivait avec ses parents, ses quatre frères et soeurs, et sa grand-mère maternelle. Sa vue était presque trouble à force de l'user sur la dentelle. Parfois, elle avait peur de devenir aveugle en vieillissant. Elle entendit son père expliquer le malheur qui les frappait : - Le champignon se complaît dans l'humidité, il a entièrement pourri les pommes de terre qui sont devenues immangeables. Aghna tournait la soupe à l'aide d'une cuillère en bois. Avant même qu'une quelconque famine se profilât, elle avait l'air anémiée. Qu'en serait-il dans plusieurs mois ? Sa petite taille n'était pas un hasard, elle avait pour cause les carences alimentaires de ses jeunes années. Walter Scott n'avait-il pas décrit le monde paysan irlandais avec ces mots : Leur pauvreté n'est pas exagérée, ils sont au bord de la misère humaine ? Quant aux enfants, ils présentaient tous des visages pâles et émaciés, avec l'expression familière de ceux qui n'espèrent pas beaucoup de la vie malgré leur jeune âge. Seule Dairine avait encore l'air de croire que le sort pouvait se montrer sous un jour plus favorable depuis qu'elle occupait le poste envié de dentellière. Elle gagnait un argent providentiel et aimait cette tâche manuelle, presque artistique, bien qu'elle se fatiguât les yeux à la mener à bien. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Biographie de l'auteur

Karine Lebert a la passion de l'écriture. Biographe pour des particuliers et correspondante de presse pour Paris Normandie, elle a donné la mesure de son talent de romancière dès son premier livre, Nina et ses s urs. Avec Loin de Margaux, elle signe son sixième roman aux éditions De Borée. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Un mot de l'auteur

Ne résistez pas, laissez-vous charmer, envoûter, ensorceler par mes Sortilèges... De l'Irlandaise Dairine à Chloé la Parisienne en passant par les Bretonnes Nicolette, Manon, Clara... Du XIXe siècle aux années 80, succombez à la magie de ma lignée de femmes aussi volontaires que fragiles, poursuivies par une malédiction qui les unie aux maîtres du domaine du Tremblay... J'ai pris beaucoup de plaisir à me plonger dans les traditions bretonnes et j'espère vous faire partager un moment d'évasion avec cette saga romanesque et mystérieuse...

Nombre de page : 
357 pages
Support : 
Mp3
Large vision : 
Non
ISBN : 
‎ 978-2298059502







Retour à la liste des ouvrages


Accès aux fichiers Mp3

Pour accéder au(x) fichier(s) Mp3 de cet ouvrage, il faut être adhérent au GIHP de Normandie. Si vous êtes adhérent, il vous suffit de vous connecter via votre "Nom d'utilisateur" et votre "Mot de passe" fourni par le GIHP de Normandie. Si vous n'êtes pas adhérent, vous pouvez en faire la demande via ce formulaire (Pour en savoir plus sur les conditions d'adhésion, consulter la rubrique suivante : Soutenir le GIHP de Normandie).

Donneur de voix

Nous sommes à la recherche de bénévoles qui aiment lire et souhaitent partager leur passion.
Après un essai de cinq minutes pour évaluer les qualités de votre voix, nous vous proposerons une formation à l'enregistrement de la lecture au format Mp3. Si vous êtes intéressé, n'hésitez pas à nous contacter.

Le réseau national

Carte de France

Soutenir le GIHP

Devenez adhérent du GIHP, profitez des services de la BSR, il suffit d'être empêché de lire, inscrivez-vous auprès du secrétariat. À titre d'essai, un ouvrage enregistré vous est confié gratuitement pendant 1 mois, au terme de ce mois soit l'ouvrage est rendu sans autre formalité, soit l'adhésion est confirmée par le paiement du droit d'adhésion.